C'est pas tout a fait vrai, on a fait un peu des deux. Du luxe et du beaucoup moins luxe...

Avant de partir a Honiara, capitale du pays, il a fallu recuperer Boubou a l'aeroport. En effet, comme Boubou a de la fougere autour de lui, impossible de passer la douane. Par contre, si on veut repartir avec lui pas de probleme. Boubou passera donc la nuit en quarantaine.

P1040705

Sitot Boubou recupere, nous partons et apres un beau voyage au dessus du Pacifique, nous voila a l'aeroport international de Honiara. Il faut marcher 100m dans la pseudo-jungle pour atteindre le terminal domestique. Et quel terminal... Quatre planches en bois, 2 bancs, un comptoir d'enregistrement, pas d'ordinateur, une piste, un agent, on pese les bagages mais aussi les passagers... Le vol se passe pourtant tres bien avec des vues de plus en plus belles. Nous arrivons a Seghe sur une piste en terre, atterissage a vue avec premier passage pour verifier la piste, l'aeroport c'est une hutte avec une radio double piste. Bref c'est encore 45 minutes de bateau avant d'arriver a Uepi, notre havre de paix pour les 3 prochains jours.
Les activites ne sont pas nombreuses sur Uepi mais restent sensationnelles par leur qualite. Snorkeling devant la maison avec une quinzaine de requins pour le comite d'acceuil, des clams de 2m, un poisson crocodile, la liste est tres loin d'etre exhaustive. Plongee avec une visibilite dont le chiffre ne veut plus rien dire (40-50m), des caves, des bancs de barracudas, des raies manta, des hippocampes pygmes (3-4mm) etc etc.

P1040735

Pendant notre sejour nous rencontrons Ludo, qui est un puits de connaissances non seulement linguistiques mais egalement anthropologiques. Il parle 15 langues couramment (dont le swasi, le qechua et j'en passe). Une homme tres interessant dont on pourrait ecouter les histoires toute une nuit. Nous avons eu aussi la chance de pouvoir assister a un mariage lors de notre sejour a Uepi et c'eatit comme on se l'imagine: des orchidees ceuillies dans le jardin, des chants melodieux et un repas delicieux, des maries heureux.

P1070401

Apres 3 jours intenses en repos et activites diverses, nous voila partis pour Tetepare, la plus grande ile inhabitee au Monde. C'est en fait une station de recherche scientifique qui fait du monitoringde tortues (3 especes endemiques), de crabes et plus ou moins meteorologiques. Apres 3 heures de bateau mouvementees dont la moitie en pleine mer (tu m'etonnes qu'il n'y a pas grand monde qui la fait l'excursion), nous arrivons au paradis sur Terre de l'ecotoursime: pas d'electricite, que de l'eau de pluie pour boire et se doucher, un recif foisonnant de poissons et de coraux. Il y a 5 personnes sur l'ile, 2 rangers, un guide, une cuisiniere et un conseiller scientifique. Les rangers nous expliquent les 2 raisons principales de depart des habitants de l'ile il y a 200 ans. La premiere raconte la legende d'une femme sorciere dont les habitants se seraient moques et qui les auraient punis. Cette histoire colle a peu pres bien a une 3e qui serait qu'une epidemie se serait declaree sur l'ile decimant tout le monde. La seconde histoire (et nous on croit plus celle la) raconte que des chasseurs de tetes cannibales seraient arrives sur l'ile recoltant un maximum, les autres habitants se seraient echappes. Apres avoir ecoute toutes ces histoires, nous partons pour une ballade dans la jungle avec degustation de remedes et autres plantes medicinales.

SSC_0260

Le lendemain nous partons en bateau sur une plage ou les tortues pondent leurs oeufs. L'arrivee est tres tres mouvementee avec une houle assez grosse pour notre barque (2-3m). Aussitot arrives nous decouvrons plein de petits enclos proteges. Les rangers nous expliquent qu'ils deplacent les nids a cause du rechauffement climatique. Bah ouais, les tortues elles ont pas encore compris qu'avec le rechauffement la maree monte plus haut. Du coup les oeufs et les foetus se noient. Par chance, ils retrouvent un nid qu'ils cherchaient depuis 10 jours. Allez hop on creuse, on creuse. Et la... miracle, 103 oeufs fecondes, 23 non fecondes. Seulement une trentaine sortiront du nid et 5 survivront nous expliquent les rangers. Apres cette petite enquete scientifique et un bon diner, on s'endort sous la hutte avec la promesse des rangers de nous reveiller au cas ou une tortue debarque sur la plage pour y pondre des oeufs. Les tortues reviennent toujours sur leur lieu de naissance pour pondre nous explique un des rangers. Une experience dirigee ici a meme montre qu'une tortue pouvait aller aussi loin que la Niugini et revenir a Tetepare pour pondre.

P1070481

A 6h on se reveille, on se rend compte qu'on n'a pas ete reveilles... Pas de tortues. Qu'a cela ne tienne! Sur le chemin du retour on va en chercher pour les etiqueter. Mais avant il faut partir de la plage et il y a de la houle ce matin. Grosse grosse frayeur mais on y arrive, on est sur l'eau et des que nous arrivons au lagon, on cherche les tortues. Apres quelques essais infructueux, Mathew, un autre ranger saute du bateau et reussit a en attraper une. Elle n'est pas etiquetee en plus! On peut la ramener et collecter quelques data. A la station, on la taggue, la mesure et on la laisse partir.

P1070499

Le programme de l'apres midi? Chercher des dugongs. Mais qu'est ce que c'est? Une vache de mer, un mammifere marin au regime vegetarien. Les marins les prenaient pour des sirenes autrefois, avant la plongee sous marine. Malgre nos bons efforts, nous ne trouverons jamais de dugongs. En meme temps, cela faisait un an que Tumi et Mary, nos hotes n'en n'avaient pas vu. Tant pis, on se consolera avec la mesure des crabes de cocotiers, les plus gros invertebres du monde. Et c'est vrai qu'ils sont particulierement gros avec une coque qui ressemble qui ressemble a une coco. Leur technique pour manger est assez dingue. Ils montent les cocotiers, font tomber une noix de coco et mangent la coco cassee. On n'a jamais vu de noix de coco se casser en tombant de l'arbre donc on est un peu septique sur ce dernier point. On n'est pas dans une pub pour Bounty non plus.

Le retour a Honiara se fait sans encombres. La ville n'est pas formidables et ne restera pas dans nos memoires. C'est donc reposes et enchantes que nous quittons les Iles Salomon pour le Vanuatu, anciennement appele les Nouvelles Hebrides.