Ca y est, je reprends la plume. Nous avons quitté Bangkok et le portable avec, donc je reprends à la main.

Nous sommes partis avec un bus gouvernemental après avoir récupéré nos visas myanmars qui par chance n'ont pris qu'une journée. Nous avons donc passé la dernière journée à Bangkok à visiter le plus grand Bouddha de Thailande (finalement j'aime bien les superlatifs...) et le temple en face du fleuve, Wat Arun. La nuit en bus se passe plutôt bien si ce n'est l'air conditionné qui tourne à fond. Les couvertures fournies par le gouvernement ne sont vraiment pas de trop. Arrivés à Chiang Khong, il faut traverser le Mékong pour arriver au Laos. Le mighty Mekong traversé, il faut faire face à une administration débordée par un nombre incalculable de backpackers voulant tous faire leur visa sur place, bref un enfer. On restera 2 heures pour obtenir le sésame. Par chance, on atteint la gare routière juste à temps pour prendre le bis local pur Luang Nam Tha. et pour du local, c'était local... Après 4 heures de route, on arrive dans une petite bourgade avec un petit marché et un ou deux agences de voyage de trekking, parfait. On organise donc nos prochains jours et on replonge malgré l'expérience de la Papouasie...


Laos_578


Le trek a duré 2 jours, comme prévu, on a marché 6 heures par jour, comme prévu et on a rencontré des tribus Khmu et Lantan, comme prévu. On rencontrera les tribus Hmong plus tard. Le soir nous dormons dans une hutte dans un village au beau milieu de la jungle de bambous parmi des villageois adorables qui nous offriront en plus du gîte et du couvert des petits sacs confectionnés par leurs soins. Le repas était local et on a mangé entre autres ratane, courge et buffle cru de la fougère... On peut donc comparer. La fougère laotienne est bien meilleure que la fougère papoue car bien mieux préparée.

Après une deuxième journée de trek et une nuit de repos, nous partons pour Nong Khiaw par Oudom Xay pour atteindre Muang Ngoi Neua. Sauf qu'en arrivant à la gare routière, on apprend que le bus pour Oudom Xay est complet. On change donc nos plans et on part directement pour Luang Prabang. Le trajet est digne des odyssées ulysséennes. Un bus de 50 personnes avec 60 à son bord roulant à toute birzingue sur les routes de montagne les plus défoncées d'Asie ça vous parle? Un voyage de 10 heures qui devait en faire 7, des kilos de riz, des poules, des tabourets en plastique rouge ou bleu comme strapontin, un siège cassé en position inclinée devant Flo, mais une campagne époustouflante des formations rocheuses typiquement asiatiques, des villages perchés, des falaises, des ponts suspendus (chaud en bus quand même...).

Laos_580


On finit par arriver à Luang Prabang et au bout de quelques heures on décide de retser quelques jours de plus. La ville est superbe et classée au patrimoine de l'Unesco. Le deuxième jour on visite paisiblement les lieux, on profite de l'excellente cuisine, ce qui est rare au Laos, on s'imprègne de l'atmosphère qui est loin, très loin des backpackers. A midi, on mange avec André, Kora et Feng Lé, des voyageurs rencontrés à Luang Nam Tha  avec qui on restera encore 3 jours. Notre équipe s'entend plutôt bien et rajoute une bonne touche à nos jours passés à Luang Prabang. Le "è jour nous visitons les caves de Pak Ou. Ce sont des caves assez simples mais qui contiennent près de 6000 Bouddhas. Très intéressants. Les grottes furent découvertes par un explorateur français au milieu du XIXè siècle. Pour aller aux caves, notre "skipper" s'arrête plusieurs fois en chemin: faire de l'essence, dire bonjour à sa femme et son enfant, acheter le déjeuner, faire traverser le fleuve à ses copains; et au retour, la guigne, le bateau devant tombe en panne. Il faut donc récupérer les passagers. Notre barque de 5 passagers en compte maintenant 13. On arrive sains et saufs, un peu de retard et on récupère notre trio pour aller aux chutes du coin, les plus belles du pays dit-on. Et c'est vrai qu'elles sont belles, magnifiques. Un bleu turquoise, opalescent et une végétation bien moins sèche que d'habitude sur plusieurs niveaux. De quoi faire de très belles photos. Le dernier jour est très lent, on a pris nos habitudes et certains commerçants nous reconnaissent. Nous visitons les temples et discutons avec les moines et les novices des us et coutumes bouddhiques. En fin d'après-midi et après être passé chez le barbier local, on monte en haut de Phu Si pour admirer le coucher de soleil. On n'est pas les seuls... En même temps on a suivi à la lettre ce que le guide de voyage conseillait donc fallait s'y attendre. Bref on redescend aussi vite et assistons aux prières des bonzes tout en s'assurant de ne pas déranger. Luang Prabang aura été une halte reposante et emplie de sérénité. Le dernier soir on récupère Marie-Aimée et c'est parti pour quelques jours à 3.


Laos_600


Le trajet pour Vientiane est long mais cette fois on est en bus VIP, c'est à dire que les amortisseurs marchent et la clim aussi, voire un peu trop. Les paysages sur la route sont splendides et on se croirait au sein d'une estampe japonaise ou chinoise avec des formations rocheuses baignées par la brume typique de la fin de la saison sèche. Les laotiens pratiquent en effet la culture sur brûlis ce qui fait que pendant toute la saison sèche, ils brûlent, brûlent, brûlent. La conséquence est simple, il existe une brume assez épaisse qui baigne tout le pays. L'atmosphère en est d'autant plus mystèrieuse.

Le soir à Vientiane on tombe sur un restaurant, le Côte d'Azur, marrant. On rentre et là c'est comme à la maison. Des autocollants "Nissa", "OGCNice", des photos de Nice. Le patron, Jean-Marc, a quitté la France il y a une quinzaine d'années. Il nous paye le Ricard et on mange une bonne daube, presque aussi bonne qu'à la maison... C'est à vélo que nous visitons la ville le lendemain. Quelle  belle ville, c'est calme, une capitale qui n'a rien à voir avec les autres capitales du sud-est asiatique. Il flotte une atmosphère détendue. Le matin nous visitons Patuxi, l'arc de triomphe de Vientiane, le Pha That Luang qui est le monument le plus respecté du Laos. C'est un temple entièrement en or. L'après-midi nous visitons le Wat Si Saket et on se repose un peu. La chaleur est écrasante et rien à côté de ce qu'il nous attend au Cambodge.

Laos_620


Après une nuit en bus couchette assez affreuse il faut dire (aucune cloison entre sa tête et les pieds du voisin), nous arrivons à Pakse. L'après-midi on visite le Wat Phu Champasak ace Marie-Aimée pendant que Flo se repose. C'est un des sites archéologiques les plus impressionnants du Laos qui est inscrit lui aussi au patrimoine de l'Unesco. C'est un site qui était d'ailleurs relié à Angkor Wat. Le lendemain nous partons pour 3 jours de mobylette sur le Plateau du Bolaven. On a visité de très belles cascades, on a cherché Cynthia mais on l'a pas trouvée. Les Laotiens du sud ne sont pas encore habitués au touristes et sont assez surpris et contents de nous voir. Il existe aussi beaucoup de plantations de thé et de café. La communauté vietnamienne est très présente ici aussi ce qui me permet de pratiquer un peu le vietnamien, et les restes sont très présents, chouette.

Laos_656


Après cette escapade en mobylette, nous finissons notre séjour aux 4000 îles, "Si Pha Don", sur l'île Don Khone. En fait il existe plusieurs centaines d'îles en saison sèche et beaucoup moins en saison humide le long du Mékong, à la frontière cambodgienne. Certaines sont grandes et peuplées et d'autres minuscules. L'atmosphère est très relax mais épouvantablement chaude. Une petite baignade dans le Mékong, visite de chutes mais pas plus... Nous resterons 2 jours avant de passer la frontière.